Sevrage tabagique : « Nous ne sommes pas là pour convaincre, mais pour apporter un soutien »

Publié le

Par Stéphany Mocquery

Temps de lecture estimé 3 minute(s)

Illustration
Cigarette butt on abstract background. © solidcolours / iStockphotos

Pour le Dr Catherine de Bournonville, tabacologue au CHU de Rennes, écoute et aide sont les clefs pour aider les fumeurs à arrêter le tabac.

L’opération Moi(s) sans tabac vient de s’achever. Qu’apporte de plus cette initiative nationale par rapport à la journée mondiale sans tabac du 31 mai ?

Dr Catherine de Bournonville : Elle apporte essentiellement la dimension collective et non culpabilisante. L’état d’esprit du Moi(s) sans tabac est différent de la journée mondiale : il ne s’agit plus seulement d’une démarche de santé publique mais d’un défi collectif. Ce défi est réussi puisque, pour cette première édition, 180 000 personnes ont tenté d’arrêter de fumer. Or, habituellement, on estime à 200 000 le nombre de personnes qui arrêtent de fumer chaque année. Et l’on sait qu’arrêter de fumer pendant un mois multiplie par cinq les chances d’arrêter durablement.

Vous insistez sur la nécessité d’avoir un « discours positif » vis-à-vis des fumeurs. Qu’entendez-vous par là ?

Dr C. de B. : L’idée est de ne pas trouver à la place des gens des arguments pour les aider à arrêter le tabac car on considère que chaque fumeur a ses propres raisons. Le discours est plutôt centré sur l’aide, sur la démarche collective : non pas convaincre, mais apporter un soutien. Ce soutien peut se trouver, en premier, auprès des professionnels de santé de proximité comme le médecin généraliste ou le pharmacien. Le tabacologue, lui, peut aider les personnes qui sont dans une situation compliquée. Et pour ceux qui ne souhaitent pas investir dans un accompagnement ou se déplacer, il y a toujours la possibilité d’utiliser les dispositifs comme Tabac Info Service (la ligne 39 89, l’application et le site Internet).

Quels principaux enseignements tirez-vous de votre expérience de tabacologue ?

Dr C. de B. : Tout d’abord qu’il est important de prendre le temps avec la personne que l’on reçoit en consultation pour savoir ce qu’elle veut, ce qu’elle se sent capable de faire et de quelles ressources elle dispose pour arrêter le tabac. Cela permet, ensuite, d’adapter l’accompagnement. Certaines personnes voudraient arrêter de fumer mais n’y sont pas prêtes. Plutôt que d’être dans la crispation sur un arrêt du tabac qui ne sera probablement pas possible, en tout cas pas dans l’immédiat, on essaye de voir ce qu’elles sont prêtes à faire, maintenant. Par exemple, réduire leur consommation ou y mettre un cadre : « je décide que mon appartement, ma voiture sera non-fumeur ou qu’après le dîner, je ne fume plus ou encore je retarde la première cigarette ». Mon expérience m’a également appris que l’on ne doit pas décider à la place d’une personne quel moment sera le plus favorable pour elle pour arrêter de fumer, même si on estime que c’est contre-indiqué au vu de sa situation personnelle difficile ou qu’elle semble avoir d’autres priorités. C’est à la personne de décider sa hiérarchie de priorités.

Quels conseils donneriez-vous aux fumeurs pour arrêter de fumer ?

Dr C. de B. : De se faire aider, car les chances d’arrêter sans aide sont faibles. Et ne pas attendre d’être prêt à arrêter complètement pour se mettre en route. Les fumeurs qui arrêtent seuls ont souvent un environnement favorable autour d’eux : une stabilité professionnelle, une stabilité affective, des conditions financières favorables, etc. Dès qu’il y a des éléments défavorables dans l’environnement, il est plus difficile d’arrêter de fumer. Dans ce cas, il est d’autant plus important de ne pas rester seul avec ce projet, de se faire aider. Et même pour les gens qui ont un environnement favorable il est normal de ne pas réussir du premier coup, de s’y reprendre à plusieurs fois. Il faut que le « travail » fasse un peu son chemin avant que l’arrêt soit définitif.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

Ce site utilise un système anti- spams pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

A découvrir

  • Maladies et traitements

    Arrêter de fumer et ne pas rechuter

    Le tabac est la première cause de mortalité prématurée et évitable, en France. Comment réussir à arrêter ? Conseils.

  • Maladies et traitements

    Vrai/faux sur la cigarette

    Un quart des Français fument, occasionnellement ou quotidiennement. Parmi eux, six sur dix souhaitent arrêter, ce qui peut...