Le périnée en cinq questions

Publié le

Par Pauline Hervé

Temps de lecture estimé 6 minute(s)

Illustration
Le périnée en cinq questions © Dynamic Graphics Group

Trop souvent ignoré en dehors de la grossesse, le périnée est un ensemble de muscles qui remplit de nombreuses fonctions corporelles. En cas d'affaiblissement ou de rigidité du périnée, incontinence, douleurs et autres problèmes gênants peuvent apparaître.

1- Qu'est-ce que le périnée ?

Appelé aussi plancher pelvien, le périnée est un ensemble complexe de muscles situés dans le bas du bassin. Il s'étend d’avant en arrière, du pubis au coccyx, et latéralement sur les côtés du vagin entre le coccyx et les os du bassin. Les hommes ont aussi un périnée, mais il est moins vulnérable car il n’y a pas le vide du vagin.

La fonction du périnée est de soutenir les organes internes qui, du fait de notre position verticale, « pèsent » vers le bas mais aussi de pouvoir contrôler le fait d'uriner et de déféquer quand on veut et de retenir quand il faut. « N'oublions pas que le périnée, quand il fonctionne bien, a aussi une fonction dans le plaisir sexuel », rappelle le Dr Bernadette de Gasquet, médecin spécialisée en rééducation uro-gynécologique et auteure de l'ouvrage Périnée : Arrêtez le massacre ! (éditions Marabout).

2- Quelles sont les conséquences d’un périnée peu élastique, affaibli ou rigide ?

L’incontinence urinaire, ou anale, est le problème le plus fréquent lié à un mauvais fonctionnement du périnée. « 56 % des femmes auraient des problèmes d’incontinence urinaire, dont plus de 49 % avant 40 ans. En outre, 13 % des jeunes filles en première ou terminale, n’ayant jamais été enceintes, ont des fuites lorsqu’elles font du sport », explique Bernadette de Gasquet. Ces chiffres sont certainement sous-estimés car « le sujet reste encore très tabou », ajoute la médecin.

Les douleurs périnéales peuvent être liées à des hémorroïdes, des fissures anales, des spasmes génitaux ou anaux ou une descente de l’utérus.

Le prolapsus génital ou génito-urinaire, encore appelé « descente d'organes », correspond, chez la femme, à un glissement vers le vagin d'un ou plusieurs organes normalement situés plus haut dans le bassin. Ceux-ci appuient sur la paroi du vagin et la déforment parfois jusqu'à l'extérioriser.

« Chez l’homme, il n’y a pas de vide et pas d’utérus. Mais les hyperpressions abdominales font descendre les intestins à travers les orifices du bas du ventre (orifices hernières) », détaille Bernadette De Gasquet. Ceci peut aboutir à une hernie inguinale, une grosseur qui se forme sous la peau, à l'aine, quand une partie du contenu de l'abdomen sort de la cavité abdominale en raison du relâchement de sa paroi. En France, un quart des hommes de plus de 50 ans doit en être opéré.

3- Qu'est-ce qui favorise les problèmes de périnée ?

Différents facteurs favorisent les problèmes de périnée :

- La génétique, qui détermine la qualité des tissus musculaires.

- La grossesse et l'accouchement, qui sollicitent énormément le périnée.

- Certaines maladies neurologiques, comme la sclérose en plaques.

- Le surpoids et l'obésité. Ainsi, en cas d'obésité, le risque de fuite urinaire est multiplié par 6, selon une étude norvégienne de 2008.

- Une mauvaise sollicitation du périnée au quotidien. Cela va de la façon de porter des charges lourdes, à la pratique du sport.

- Le tabac quand il provoque beaucoup de toux.

- La constipation chronique qui implique des efforts de poussée vers le bas.

- La ménopause qui engendre des relâchements des tissus musculaires.

4- Rééducation du périnée : à quoi ça sert ?

La rééducation périnéale se pratique avec une sage-femme ou un kinésithérapeute spécialisé. Elle a pour but de renforcer les muscles affaiblis, de rééquilibrer et de contrôler les pressions. Elle est possible à tout âge, même si on croit souvent, à tort, qu'elle est réservée aux femmes qui viennent d'accoucher !

Après un accouchement, des séances de rééducation périnéale peuvent être prescrites à l'occasion de la visite médicale 6 semaines. Ce n'est plus systématique. Cette rééducation est prise en charge à 100 % par l’Assurance Maladie, dans la limite de 20 séances.

La rééducation du périnée pour incontinence urinaire, douleur… peut être prescrite par un médecin, toute la vie. Dans ce cas, elle est prise en charge par l'Assurance Maladie comme une séance de rééducation classique chez une sage-femme ou un kinésithérapeute, autrement dit à 70%. Il existe différentes méthodes de rééducation, selon les choix du professionnel de santé et les préférences du patient.

On peut citer la méthode manuelle, où le praticien contrôle, avec ses doigts, les contractions des différents muscles du périnée. Cela lui permet d'apprendre au patient à mieux connaître ses sensations et continuer la rééducation au quotidien, seul.

L'électrostimulation se pratique avec une sonde insérée dans le vagin. Celle-ci transmet de petites impulsions électriques (indolores) pour contracter mécaniquement les muscles du périnée.

Le biofeedback utilise aussi une sonde endovaginale, reliée à des capteurs et à un écran sur lequel la patiente peut visualiser les contractions et la détente de ses muscles périnéaux et les déclencher selon le programme visuel. « Il existe aussi des rééducations du périnée sans y toucher », ajoute Bernadette de Gasquet, comme les techniques hypopressives, « un ensemble d'exercices posturaux visant à diminuer la pression abdominale ».

Si la rééducation ne suffit pas à réduire les symptômes gênants, ou en cas de prolapsus génito-urinaire, une chirurgie peut être proposée. Réalisée par un urologue ou un chirurgien obstétricien, elle vise à repositionner et « remonter » avec des prothèses, les organes à l'intérieur du bassin. « Des dispositifs intra vaginaux appelés pessaires, sortes de soutien-gorge pour l’utérus et la vessie, sont aussi un moyen de limiter les effets de la pesanteur », ajoute Bernadette De Gasquet.

5- Que faire pour préserver son périnée au quotidien ?

On peut pratiquer régulièrement des exercices, dont ceux que nous vous proposons en illustration.

Quant au fameux « pipi stop », il permet de « prendre conscience de ses muscles périnéaux », explique Bernadette de Gasquet. Il s’agit de commencer à uriner et d’essayer de diminuer le flux en contractant le périnée. « Mais, ajoute-t-elle, il ne faut absolument pas en faire un exercice de musculation. C’est seulement un test du muscle de la retenue. »

En outre, « il faut éviter de se retenir d'aller à la selle car le premier besoin est le plus efficace et évitera les poussées », précise la médecin. Et il convient d’adopter, sur les WC, une position la plus proche de la position physiologique qui est d'être accroupi. On peut ainsi ajouter un petit repose pieds pour rehausser les genoux, tout en penchant le tronc légèrement en avant.

Globalement, tous les efforts du quotidien – soulever un poids ou même se relever d'une chaise–devraient se faire en serrant d'abord le périnée avant d'expirer, ce qui fait rentrer le ventre dans un mouvement remontant. « Ce n’est ni s’effondrer en expirant ni rentrer le nombril, mais se grandir en soufflant », précise le Dr De Gasquet.

Côté sport, certaines disciplines sont à éviter pour préserver son périnée. Il s'agit de toutes les disciplines à impact comme la course à pied, le step, le trampoline, le basket...

Enfin, quand on fait des abdominaux, il faut s'assurer que le ventre rentre à l’effort, sur l’expiration. On peut s'en assurer en posant sa main sur son ventre ou en se regardant dans un miroir.

Dans l'idéal, pour Bernadette de Gasquet, il faudrait avant de se mettre au sport, aller demander un bilan de son périnée auprès d'une sage-femme ou d'un kiné afin de savoir si le sport souhaité est compatible avec l'état de vos muscles périnéaux.

Commentaires

Ma compagne est très assidue aux exercices de gymnastique et yoga en relation avec la santé . J'ai 68 ans et j'ai trouvé en tant qu'homme la lecture de cette rubrique et informations très intéressantes . J'ai appris de toutes ces indications et je vais bien évidemment mettre en pratique immédiatement à titre de prévention les exercices présentés pour la rééducation du périnée .Merci DUVALL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

Ce site utilise un système anti- spams pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

A découvrir