Animaux de compagnie : un questionnaire sur l’attachement à son chien ou son chat

Publié le

Par Victoire N’Sondé

Temps de lecture estimé 4 minute(s)

Illustration
© Westend61

Sommaire

Des chercheuses de l’Ecole nationale vétérinaire de Toulouse font appel aux propriétaires de chiens et de chats pour répondre à un questionnaire sur les relations entre humains et animaux de compagnie. A terme, l’objectif est d’étudier l’impact de ce lien sur la qualité de vie de l’Homme et de l’animal.

Dans quelle mesure les liens tissés entre un chien, ou un chat, et son propriétaire influent sur le bien-être et la santé de l’Homme comme de l’animal ? Jusqu’à présent, pour étudier cet attachement, les chercheurs ont recours à un questionnaire fiable et efficace mais rédigé en anglais. Il est baptisé le Lexington Pet scale attachment, que l’on pourrait traduire par "échelle d’attachement à son animal de compagnie". Cet outil de recherche est traduit en allemand et en portugais… mais toujours pas en français.

Un outil de recherche à valider dans sa version française

C’est pourquoi, dans le cadre d’une thèse d’université, la vétérinaire Tiphaine Blanchard a décidé de faire valider scientifiquement la version française du questionnaire. Elle mène ce projet en collaboration avec Ilana Harroche, étudiante vétérinaire, sous la direction d’Annabelle Meynadier, professeure en alimentation à l’Ecole nationale vétérinaire de Toulouse.

« Des études existent déjà sur le rôle de l’attachement du chien à l’humain dans le développement des enfants ou pour accompagner des personnes malades, porteuses de handicaps…. Dans mon sujet de thèse, je cherche à comprendre si l’attachement du propriétaire à son chien améliore les conditions du vieillissement de l’animal, un sujet qui n’a pas encore été étudié dans la littérature scientifique », décrit Tiphaine Blanchard. Au préalable, la vétérinaire doit disposer d’un questionnaire fiable et efficace qui évalue ce lien en langue française, afin d’interroger les propriétaires de l’Hexagone qui s’expriment dans la langue de Molière.

22 items sur les relations entre l’humain et son animal domestique

« Je pense que mon chien est mon meilleur ami », « je pense que mon chien est seulement un chien » ou encore « ça me plait de montrer des photos de mon chat à d’autres gens »… Voici quelques-uns des sujets sur lesquels les propriétaires de chiens ou de chats devront se prononcer, sachant que seuls ces deux animaux domestiques sont concernés par cette étude. Le propriétaire devra répondre à chaque item en donnant une note allant de 1 à 4.

Précision importante : le questionnaire renseigne aussi des informations personnelles sur le propriétaire (genre, niveau d’étude, situation de vie…). « Ce sont des facteurs qui entrent en ligne de compte dans l’attachement, justifie la vétérinaire. Ainsi, en Allemagne, on a relevé que les femmes étaient davantage attachées à leur animal de compagnie que les hommes. Autre exemple : dans la plupart des pays où des propriétaires ont été interrogés, il est fait le même constat d’un attachement plus fort à l’animal quand le propriétaire vit seul ».

Tiphaine Blanchard insiste d’ailleurs sur le fait que l’étude a reçu l’accord du Comité d’éthique de la recherche de Toulouse. « Cela est aussi rendu nécessaire par le fait que certaines questions sont assez sensibles, à l’image de celle-ci :"je pense que les chiens devraient avoir les mêmes droits et privilèges que les membres de la famille" ».

Propriétaires de chiens et de chats, contribuez à la science !

En pratique, répondre au questionnaire ne prend qu’une dizaine de minutes par animal. « Ceux qui possèdent à la fois un chien et un chat devront le remplir deux fois », indique la vétérinaire. A noter également qu’entre trois et dix jours après avoir répondu, les participants recevront le même questionnaire et devront renouveler l’exercice. « Nous vérifions ainsi si les réponses changent selon l’humeur du moment. Cela permet aussi de tester la validité du questionnaire », explique Tiphaine Blanchard.

Mettre au point une version française de ce questionnaire, véritable outil d’évaluation de l’attachement entre un propriétaire et son chien ou son chat s’avère crucial pour la thèse universitaire de la vétérinaire. Mais la validation du questionnaire va au-delà de ses seuls travaux, insiste cette dernière. « D’autres chercheurs pourront utiliser cet outil en français. Par exemple, pour étudier l’attachement de patients à leur chien en milieu hospitalier ».

Collecter plus de mille questionnaires d’ici décembre 2023

Si vous êtes propriétaire d’un chien, d’un chat, de ces deux animaux de compagnie, voire de plusieurs, vous pouvez remplir le questionnaire mis en ligne par l’équipe de recherche de l’Ecole nationale vétérinaire de Toulouse en cliquant ici. Ce questionnaire est la version française d’un outil qui existe déjà dans d’autres langues (anglais, allemand, portugais) et qui vise à évaluer l’attachement d’un propriétaire à son chien ou à son chat.

Un mois après l’avoir lancée, les promotrices de l’étude ont déjà recueilli 500 questionnaires. Leur objectif est de collecter, d’ici décembre 2023, un total de 700 questionnaires concernant des propriétaires de chiens, autant pour des personnes qui possèdent des chats.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

Ce site utilise un système anti- spams pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

A découvrir